Les tapisseries de la mort et de la Résurrection du Christ

Le mystère de la mort sur la croix et de la Résurrection du Christ est au cœur de la foi chrétienne. Sur les quatre tapisseries illustrant ce mystère, trois rompent avec la disposition que nous avions depuis la première tapisserie.

La Crucifixion du Christ

Cette tapisserie est carrée. [1] Les deux préfigurations et les quatrains ne sont plus de part et d’autre d’une scène centrale, celle-ci occupant la quasi totalité de la tapisserie ; elles sont chacune dans un angle supérieur de la tapisserie avançant vers la scène centrale comme un balcon et les prophètes ne se trouvent plus dans des fenêtres au-dessus et au-dessous de la scène centrale mais dans des niches en bordure de la tapisserie.

La scène de la Crucifixion a été relatée par les quatre Évangélistes : Matthieu 27, 35-56 ; Marc 15, 24-41 ; Luc 23, 33-49 et Jean 19, 17-37. Seul saint Luc nous dit que deux larrons ont été crucifié en même temps que Jésus ; quand à saint Jean, il nous précise que pour vérifier que le Christ était bien mort, un des soldat lui transperça le côté, ce que montre la tapisserie.

Scène du sacrifice d'Isaac avec le quatrain et le prophète Isaïe tenant son phylactèreAbraam Isaac filium unicum sibi que valde charum Victimam
Deo optimo maximo sponte obtulit.
Omnipotens itaque Pater filium suum unigenitum
Sua bonitate pro nobis immolandum tradidit.

Abraham offre volontairement son fils unique et très cher Isaac au Dieu très grand et très bon (Genèse 22, 2-10). De même, le Père Tout-Puissant livra, par pure bonté, son Fils unique pour être immolé en notre faveur. Le roi David en bas à gauche de la tapisserie de la Crucifixion

Dans la niche supérieure, le prophète Isaïe (53, 4) affirme : Vere languores nostros et dolores nostros ipse tulit ipse portavit [2] : Vraiment ce sont nos souffrances qu’il portait et nos douleurs dont il était chargé.

Dans la niche inférieure, c’est le roi David (Psaume 141 (140), 2) qui dit : Elevatio manuum mearum sacrificium vespertinum(Psaume 140) : Que mes mains s’élèvent en sacrifice du soir.

Scène du serpent d'airain, avec le quatrain et le roi David tenant son phylactèreEneum serpentem Moïses elevavit in deserto
Quem intuentes a serpentibus vulnerati curabantur.
Ita Christum ludei exaltaverunt in crucis ligno
Quem attricto corde contemplantes ab omni culpa sanantur.

Moïse éleva le serpent d’airain au désert ; ceux qui le regardaient et qui étaient blessés par des serpents étaient guéris (Nombres 21, 9). Ainsi les Juifs élevèrent le Christ sur le bois de la croix et ceux qui le contemplent avec un cœur contrit sont guéris de toute faute. Le prophète Isaïe tenant son phylactère en bas à droite de la tapisserie de la Crucifixion

Le roi David dans le psaume (22 (21), 17) affirme : Foderunt manus meas et pedes meos : Ils ont percé mes mains et mes pieds.

Quand au prophète Isaïe (53, 12), dans la niche en bas à droite, il nous dit : Cum sceleratis reputatus est : Il a été compté au nombre des scélérats.

La descente aux Enfers

Septième tapisserie

Cette scène occupe une tapisserie entière là où jusqu’à présent, nous avions deux voire trois scènes du Nouveau Testament avec leurs préfigurations. Cette représentation de la vie du Christ est basée sur deux versets de la première lettre de saint Pierre : Le Christ est allé proclamer son message à ceux qui étaient prisonniers de la mort. (1P3, 19) et : C’est pour cela, en effet, que même aux morts a été annoncée la Bonne Nouvelle, afin que, jugés selon les hommes dans la chair, ils vivent selon Dieu dans l’esprit. (1P4, 6)

Premier quatrain de la tapisserie de la Descente aux Enfers et le roi DavidLoth suaque familia e Sodomis ab angelo educuntur
Ne simul cum illis pereant sed vitam habeant longiorem.
Sic Adam ceterique prisci patres a Christo de limbis trahuntur
Ne cum reprobis torqueatitur sed vitam possideant perhen nen.

Loth et sa famille sont conduits par un ange hors de Sodome afin de ne pas périr avec les habitants mais d’avoir une plus longue vie (Genèse 19, 15). Ainsi Adam et les hommes vénérables des anciens temps sont retirés des limbes par le Christ, afin de n’être pas torturés avec les réprouvés, mais de posséder la vie éternelle.

Le roi David dans le psaume (107 (106), 16) affirme : Portas aereas contrivit et vectes ferreos confregit (Ps 106, 16) : Il a brisé les portes de bronze et mis en pièces les verrous de fer.

Second quatrain de la tapisserie de la Descente aux Enfers et le prophète ZacharyRex Nabuchodonosor très pueros in fornacem ardentem misit
Ad quos angelus Dei proficiscens ab ardoribus preservavit.
Ita veteres patres dyabolus in infernum captivos duxit
Ad quos Redemptor noster sua bonitate descendens liberavit.

Le roi Nabuchodonosor fit jeter les trois jeunes gens dans la fournaise ardente, mais un ange de Dieu vint les préserver des ardeurs du feu (Daniel 3, 25). Ainsi le diable emmena prisonniers dans les enfers nos anciens pères, mais, dans sa bonté, notre Rédempteur descendit les délivrer.

Le prophète Zacharie (9, 11) : In sanguine testamenti tui emisisti vinctos tuos de lacu : Par le sang de ton alliance, tu as fait sortir de la fosse ceux qui étaient enchaînés.

En bas à gauche, le prophète Osée (13, 14) : Ero mors tua o mors ero morsus tuus inferne : Je serai ta mort, ô Mort ; je serai ta morsure, Enfer.

En bas à droite droite, nous retrouvons le roi David avec le même verset inscrit sur son phylactère que celui en haut à gauche. Ce verset a cependant une variante : Portas aereas contrivit et vectes ferreos confringam que l’on peut traduire ainsi : Il a brisé les portes de bronze et je mettrai en pièces les verrous de fer. Dans la deuxième proposition de la phrase le sujet n’est plus "il" mais "je" et le temps n’est plus au passé mais au futur.

Phylactères tenus par les auteurs des versets en bas de la tapisserie de la Descente aux Enfers

La Mise au tombeau

Huitième tapisserie

Premier quatrain de la tapisserie de la Mise au tombeau et le roi Davidloseph veste talari a fratribus suis exutus
In veterem cisternam mittitur ab illisque absconditur.
Ita Christus a ludeis vita corporali privatus
A suis discipulis loseph et Nicodemo sepelitur.

Joseph, dépouillé de sa longue tunique par ses frères, est jeté dans une vieille citerne et disparaît à leurs yeux (Genèse 37, 23). De même le Christ, privé par les Juifs de sa vie corporelle, est enseveli par ses disciples Joseph et Nicodème.

Le roi David prophétise dans le psaume (16 (15), 10) : Non dabis sanctum tuum videre corruptionem (Ps 15, 10) : Tu ne laisseras pas ton ami voir la corruption.

Second quatrain de la tapisserie de la Mise au tombeau et le roi SalomonPropheta Dei lonas in mare proiectus
In ventre ceti illesus triduo protegitur.
Ita sepulture traditum Christi corpus
A corruptione tribus diebus preservatur.

Jonas, le prophète de Dieu, étant jeté à la mer, est abrité sans dommages trois jours dans le ventre d’un gros poisson (Jonas 1, 15-2,1). De même, le corps du Christ, déposé dans le sépulcre, est préservé de la corruption durant trois jours.

Le roi Salomon nous dit dans le Cantique des cantiques (5, 2) : Ego dormio et cor meum vigilat : Je dors, mais mon cœur veille.

En bas à gauche, le prophète Isaïe (11, 10) annonce : Erit sepulchrum eius gloriosum : Son sépulcre sera glorieux.

Quant au Siracide (ou Jésus fils de (ben) Sirac le Sage), auteur de l’Ecclésiastique (38, 16), il conseille : Fili in mortuum produc lacrimas et incipe plorare et secundum iudicium contege quasi dira passus corpus ejus [3] : Mon fils, répands tes larmes sur un mort et commence à te lamenter, puis, comme il convient, recouvre son corps, même si cela t’est dur.

Les phylactères en bas de la tapisserie de la Mise au tombeau

La victoire du Christ sur la mort

La Résurrection

Huitième tapisserie

Aucun texte de l’Écriture ne relate cet épisode qui s’est déroulé dans le nuit. Saint Matthieu (27, 62 sq.) rapporte seulement les dispositions prises pour faire garder le tombeau par des soldats pour éviter toute supercherie. C’est pour cela que nous voyons sur la tapisserie des soldats de part et d’autre du tombeau.

Premier quatrain de la tapisserie de la Résurrection et le prophète OséeMediam post noctem Sanson ex urbe Gaza consurgem
Fores eius evillit suisque humeris imponens in montem detutit.
Ita Christus diluculo ex monumento resurgens
Claustra inferni rupit captivosque in montem gloriae eduxit.

Se levant après minuit, Samson arracha les portes de la ville de Gaza et, les plaçant sur ses épaules, les emporta sur la montagne (Juges 16, 3). Ainsi le Christ, surgissant du tombeau à la pointe du jour, brisa les barrières des enfers et conduisit les captifs sur la montagne de gloire.

Le prophète Osée (6, 3) affirme : Post duos dies vivificabit nos : Après deux jours, il nous donnera la vie.

Second quatrain de la tapisserie de la Résurrection et le roi DavidViscera ceti lonas posteaquam est ingressus
Luce tertia vivus sanusque exiit.
Sic Christus sépulture postquam est traditus
Die tertio immortalis resurrexit.

Jonas, après être entré dans les entrailles d’un gros poisson, en sortit sain et sauf le troisième jour (Jonas 2, 1). Ainsi le Christ, après avoir été remis au tombeau, est ressuscité, immortel, le troisième jour.

C’est le roi David qui apparait dans la fenêtre alors que sur le phylactère est inscrit la suite du verset du prophète Osée (6, 3) : In die tercia suscitabit nos : Le troisième jour, il nous relèvera.

En bas à gauche, nous retrouvons le roi David qui annonce dans le Psaume (78 (77), 65) : Et excitatus est tamquam dormiens Dominus tamquam potens crapulatus a vino : Le Seigneur s’est éveillé comme un dormeur, comme un homme assoupi par le vin.

À droite, nous devrions avoir le roi David (Psaume 3, 6), mais c’est le prophète Osée qui apparaît : Ego dormivi et soporatus sum ex(s)urrexi : Moi, je suis allé dormir, j’ai sommeillé et je me suis levé.

Phylactères et prophètes en bas de la tapisserie de la Résurrection

Le matin de Pâques, les saintes femmes au tombeau

Neuvième tapisserie

Cette tapisserie a la particularité de représenter deux scènes du Nouveau Testament avec chacune une préfiguration : il s’agit de la visite des saintes femmes au tombeau le matin de Pâques. La première scène est relatée par les Évangiles de saint Matthieu, saint Marc et saint Luc tandis que la rencontre de Marie-Madeleine avec le Christ ressuscité est narrée par saint Jean

La première scène : les saintes femmes découvrent le tombeau vide

Quatrain de la scène des saintes femmes au tombeau et le roi SalomonRuben non reperiens fratrem suum loseph in cisternam demissum
Tristicia percussus vestimenta sua precidit.
In monumentum sic prospiciens Magdalena nec videns Dominum
Nimio contrita dolore in lachrimas prorupit.

Ruben, ne trouvant pas son frère Joseph dans la citerne où il avait été jeté, fut très triste et déchira ses vêtements (Genèse 37, 29). De même Madeleine, jetant un regard à l’intérieur du tombeau et ne voyant pas le Seigneur, fut broyée par une grande douleur et éclata en sanglots

En haut, le roi Salomon dans le Cantique des cantiques (3, 1) : Queram quem diligit anima mea. : Je chercherai celui que mon cœur aime. Le prophète Jérémie et son phylactère en bas de la scène

En bas, c’est le prophète Jérémie (50, 4) qui affirme : Dominum Deum suum quaerent : Ils chercheront le Seigneur leur Dieu.

La seconde scène : Marie-Madeleine rencontre le Christ qu’elle prend pour le jardinier

Le roi David tenant ses phylactères Le quatrain de la seconde scène des femmes le matin de PâquesRex Dareus ad lacum leonum in quem Daniel missus erat accedens
Mox viventem illum ut aspexit mirim in modum letus effectus est.
Ita Magdalena locum in quo Christi corpus sepultum fuerat petens
Suscitatum ut conspexit Dominum ingenti gaudio repleta est.

Le roi Darius s’approcha de la fosse aux lions dans laquelle Daniel avait été jeté et, dès qu’il l’aperçut vivant, devint étonnamment heureux (Daniel 6, 21). Ainsi Madeleine vint à l’endroit où avait été enseveli le corps du Christ et, dès qu’elle reconnut le Seigneur ressuscité, fut remplie d’une immense joie.

Phylactère du hautLe roi David qui tient les deux phylactères n’est plus dans une fenêtre en haut et en bas de la scène représentée : il est dans une niche en bordure de tapisserie.

Sur le phylactère du haut, nous avons le psaume (105 (104), 3) : Letetur cor querentium Dominum : Que se réjouisse le cœur de ceux qui cherchent le Seigneur

Phylactère du baset sur celui du bas le psaume (70 (69), 5) : Letentur in te qui querunt te Domine : Qu’ils trouvent en toi leur joie, ceux qui te cherchent, Seigneur. [4]

Notes

[1] Cette tapisserie est exposée au Trésor.. Suivant le numérotation de M. Pomarat nous ne lui attribuons pas de numéro.

[2] Le texte de la Vulgate Vere languores nostros ipse tulit et dolores nostros ipse portavit est légèrement modifié.

[3] Le verset de la tapisserie présente des différences par rapport à celui de la Vulgate qui est : Fili in mortuum produc lacrimas et quasi dira passus incipe plorare et secundum iudicium contine corpus illius.

[4] Le texte de la Vulgate (Laetentur in te omnes qui quaerunt te) est légèrement modifié dans cette citation.