Les tapisseries de la gloire

Dans ces deux dernières tapisseries, nous avons d’une part les Apôtres après la résurrection du Christ à l’Ascension et à la Pentecôte, et d’autre part le mystère de la vie éternelle avec le couronnement de la Vierge Marie et le jugement dernier.

L’apparition de Jésus aux Apôtres et à Thomas

Dixième tapisserie

Cet épisode qui se déroule après la Résurrection du Christ est raconté de manière détaillée par saint Luc dans son Évangile.

Première préfiguration : Joseph se fait reconnaître par ses frèresFratres sues loseph aspiciens perterritos
Illis se notificavit dîxitque pavere nolite.
Sic turbatos Christus suos cernens discipulos
Illis se manifestavit aitque nolite timere.

Joseph, voyant ses frères effrayés, se fit reconnaître par eux et leur dit : « N’ayez pas peur » (Gn 45, 1-5). De même le Christ, voyant ses disciples troublés, se manifesta à eux et leur dit : « Ne craignez point ».

Relégué dans une niche en haut à gauche, le prophète Isaïe (51, 12) affirme : Ego ipse consolabor vos : C’est moi-même qui vous consolerai.

Le prophète Jérémie (31, 13) qui est dans une niche en dessous confirme : Consolabor eos et laetificabo : Je les consolerai et les rendrai joyeux.

Seconde préfiguration : L'ânesse de Balaam Angelus citius asine (quam Balaam) se ostendit
Quod Israelitis cupidus maledicere voluit.
Ita Christus prius ceteris (quam Thome) apparuit
Propterea quod ad credendum nimium tardus fuit.

L’Ange se montre à l’ânesse plutôt qu’à Balaam parce que celui-ci, aveuglé par la passion, voulut maudire les Israélites (Nb 22, 17-35). Ainsi le Christ apparut aux autres apôtres plutôt qu’à Thomas parce que celui-ci fut plus lent à croire.

Dans les niches en bordure de tapisserie, le roi David (Psaume 40 (41), 13) affirme : Confirmasti me in conspectu tuo (in aeternum) : Tu m’as établi (pour toujours) en ta présence.

Tandis qu’en dessous, le prophète Isaïe (57, 18) renchérit : Reduxi eum et reddidi consolationes ipsi : Je l’ai ramené et je l’ai consolé.

L’Ascension

Dixième tapisserie

Cet épisode est raconté en un ou deux versets dans les Évangiles de saint Marc et saint Luc ; par contre,ce dernier est plus prolixe dans les Actes des Apôtres.

Premier quatrain de la tapisserie de l'Ascension avec le prophète tenant son phylactère Enoch in viis Deo beneplacentibus ambulavit
Et a Domino in paradisum terrest®em est traductus.
Ita Christus voluntatem Patris sui postquam implevit
Ad paradisum celestem potenter est elevatus.

Hénoch marcha en des voies qui plaisaient à Dieu et fut transporté par le Seigneur au paradis terrestre (Genèse 5, 21-24). Ainsi le Christ accomplit la volonté de son Père et fut ensuite, par sa puissance, élevé au paradis céleste.

Dans sa niche, en haut à gauche de la tapisserie, le prophète Michée (2, 13) annonce : Ascendet iter pandens ante eos [1] : Il montera et ouvrira la route devant eux.

Second quatrain de la tapisserie de l'Ascension avec le Roi David tenant son phylactèreHeliam Dei virum igneus currus rapuit
Cernenteque Heliseo in celum aereum est elevatus.
Ita quoque nubes lucida Christum circumdedit
Cernentibusque discipulis in celum empireum est assumptus.

Élie, l’homme de Dieu, fut élevé par un char de feu sous les yeux d’Élisée dans un ciel doré (2 Rois 2, 11-13). De même, le Christ fut enveloppé d’une nuée lumineuse et, devant les yeux de ses disciples, fut élevé dans un ciel couvert de feu.

Dans sa niche en haut à droite, le roi David (Ps 68 (67), 19) dit : Ascendisti in altum cepisti captivitatem : Tu es monté sur la hauteur et tu as pris avec toi l’ensemble des captifs.

Isaïe tenant son phylactère Le roi David tenant son phylactère En bas à gauche, le prophète Isaïe (63, 1) s’étonne : Quis est iste qui venit de Edom tinctis vestibus de Bosra : Qui est celui qui vient d’Édom, de Bosra en habit empourpré.

En bas à droite, nous retrouvons le roi David (Ps 8, 2) : Elevata est magnificentia tua super celos : Ta majesté a été élevée au plus haut des cieux.

La Pentecôte

Dixième tapisserie

Ce sont les Actes des Apôtres qui nous racontent cet épisode de la venue de l’Esprit Saint sur les Apôtres, alors qu’ils s’étaient réfugiés au Cénacle autour de la Vierge Marie pour prier.

Première préfiguration de la Pentecôte : Moïse recevant les tables de la loi & le prophète EzéchielDum Moises antiquam legem a Deo in monte reciperet
Caput eius radiis cornutom aparuit.
Sic Christus dum legem novam apostolis predicandam deret
Singulos eorum linguis igneis illustravit.

Lorsque Moïse recevait de Dieu la Loi Ancienne, sa tête parut avec des rayons lumineux (Exode 34, 29). Ainsi le Christ, donnant aux apôtres la Loi Nouvelle à proclamer, les illumina par des langues de feu.

Et le prophète Ézéchiel (36, 27) affirme : Spiritum meum ponam in medio vestri : Je mettrai mon esprit au-dedans de vous.

 

Seconde préfiguration de la Pentecôte : le sacrifice d'Elie et le roi David tenant son phylactèreSuper holocausta Helie ignis de celo lapsus
Astantinus corda ad fidem revocavit.
Sic quoque Spiritus Sanctus super apostolos missus
Illorum pectora in charitate firmavit.

Le feu tombé du ciel sur l’holocauste d’Élie fit revenir à la foi le cœur des présents (1 Rois 18, 37-38). De même aussi l’Esprit Saint envoyé sur les apôtres affermit leur cœur dans la charité.

En haut à droite, Le roi David (Ps 104 (103), 30) implore : Emitte spiritum tuum et creabuntur : Envoie ton esprit et ils seront créés.

Le roi David

En bas à gauche, le prophète Joël (2, 29) annonce : Le prophète JoëlSuper servos meos et ancillas effundam Spiritum meum : Je répandrai mon esprit sur mes serviteurs et sur mes servantes et à gauche, le roi David (Ps 68 (67), 29) prie : Confirma hoc Deus quod operatus es in nobis : Renforce, ô Dieu, ce que tu as fait en nous.

 

Le Couronnement de la Vierge Marie

Onzième tapisserie

La scène centrale n’est pas relatée par un des Évangélistes. C’est saint Jean qui dans l’Apocalypse (12, 1) parle d’une femme couronnée du soleil et la Tradition de l’Église a vu dans cette femme la Vierge Marie. Quand aux préfigurations, elles révèlent chacune un aspect différent du mystère de la Vierge Marie : la première montre son exaltation, comme Salomon a exalté sa mère Bethsabée, et la seconde montre Marie qui prie pour nous.

Première préfiguration du Couronnement de la Vierge : Salomon accueille sa mère, et les deux prophètes dans leurs nichesGenitricem suam rex Salomon venerans
In dextera throni sui illam sedere fecit.
Sic Christus divam eius matrem magnificans
In gloriae sue supreme sede collocavit.

Le roi Salomon voulant honorer sa mère la fit asseoir à droite de son trône (1 Rois 2, 19). Ainsi le Christ voulant exalter sa divine Mère la fit placer sur le siège de sa gloire la plus haute.

Dans la niche supérieure, le Siracide, auteur du livre de l’Ecclésiastique (Ecc 23, 17) affrime : Quasi cedrus exaltata sum : Comme un cèdre j’ai été élevée. La référence dans la Bible de Jérusalem est 24, 13.

Dans la niche inférieure, c’est le roi Salomon qui s’exclame dans le Cantique des cantiques (8, 5) : Quae est ista quae ascendit deliciis affluens [2] : Quelle est celle qui monte du désert comblée de délices ?

Seconde préfiguration du Couronnement de la Vierge : la reine Esther intercède pour son peuple auprès du roi, et les deux prophètes dans leurs nichesRegina Hester Assueri atrium ingressa
Ne morerentur Iudei regem oravit humilime.
Sic Virdo Maria ad Dei thronum elevata
Ne peccatores pereant Deum precatur assidue.

La reine Esther, entrée dans la cour d’Assuérus, supplia très humblement le roi pour que ne meurent pas les Juifs (Esther 5, 1-8). Ainsi, la Vierge Marie "élevée jusqu’au trône de Dieu" adresse à Dieu d’incessantes prières pour que ne périssent pas les pécheurs.

Dans la niche supérieure, le roi David implore dans le psaume (88 (87), 3) : Inclina aurem tuam ad precem meam : Prête l’oreille à ma prière.

Dans la niche inférieure, c’est le prophète Isaïe (58, 9) qui affirme : Invocabis et Dominus exaudiet clamabis et dicet ecce adsum : Tu prieras et le Seigneur t’exaucera ; tu crieras et il te répondra : "Me voici". [3]

 

Le Jugement dernier

Onzième tapisserie

A plusieurs reprises, dans les Évangiles, Jésus parle du jugement qu’il doit rendre à la fin des temps, soit par des paraboles comme celle narrée par saint Matthieu, soit par des discours, comme ceux que saint Jean nous rapporte.

Sapiens Salomon presumptione violenta motus
Filium matri sue sapienter adiudicavit.
Sic quoque sua ineffabili sapientia Christus
Unicuique rectissime tribuet ut gesserit.

Le sage Salomon, mû par une vive intuition, adjugea avec une très grande sagesse le fils à sa mère (1 Rois 3, 27).
De même le Christ, dans son ineffable sagesse, décernera avec une très grande rectitude, à chacun, selon ce qu’il aura fait.

Le prophète Ezéchiel, en haut L'auteur de l'Ecclésiaste, Qohelet, en bas Dans la niche supérieure, le prophète Ézéchiel (7, 3) affirme : Iudicabo te iuxta vias tuas : Je te jugerai selon ta conduite.

Et dans la niche inférieure, c’est Qôhélet (3, 17), l’auteur du livre de l’Ecclésiaste qui prophétise que : Iustum et impium iudicabit Deus : Le Seigneur jugera le juste et l’impie.

Notes

[1] Le verset de la Vulgate est légèrement modifié sur la tapisserie. Voici la citation exacte : Ascendet enim pandens iter ante eos

[2] Quae est ista quae ascendit de deserto deliciis affluens est le verset non tronqué de la Vulgate.

[3] Dans le verset de la Vulgate le mot "te" a été ajouté après exaudiet.