Journées de l’orgue 2018

L’Association Marin Carouge vous invite aux journées de l’orgue le deuxième week-end d’aoû t, soit du vendredi 10 aoû t au dimanche 12 aoû t à l’abbatiale Saint-Robert de La Chaise-Dieu sur le thème

Le Mozarteum de France, partenaire des Journées de l'orgue

La musique d’orgue flamande, inspirations et rayonnements

Vendredi 10 août 2018 à 18 h 30

Récital de Pieter Dirksen

Jan P. Sweelinck (1562-1621)
-  Toccata en re mineur
-  Poolse Almande (8 variations)
-  Fantaisie à 3 en sol mineur

Carolus Luython (1557-1620)
-  Ricercar cromatica en mi mineur

John Bull (c.1561-1628)
-  Salve Regina (5 versets)
-  Fantaisie en re mineur
-  Robin (6 variations) Henri Dumont 1610-1684
-  Prélude en façon de duo
-  Allemande à 3

Jehan Titelouze (c.1563-1633)
-  Conditor alme siderum (3 versets)

Pieter Cornet (c.1575-1633)
- Fantaisie en fa majeur

Pieter Dirksen (Culemborg/Pays-Bas) donne des récitals d’orgue, de clavecin, et joue la basse continue dans divers ensembles. Il a fait des études de musicologie et publie un grand nombre d’articles et d’éditions dans le domaine de la musique baroque. En 1996, il soutient une thèse sur la musique pour clavier de Jan Pieterszoon Sweelinck et obtient son doctorat ‘cum laude’. Cette thèse, éditée en 1997, reçoit un Praemium Erasmianum. Les nombreuses études sur la musique de Johann Sebastian Bach dont il est l’auteur lui apportent une certaine notoriété, et c’est aussi le cas avec son édition des œuvres de Bull, Sweelinck, Cornet, Scheidt, Scheidemann, Buxtehude, Reincken, Lübeck, Böhm et Bach.

Si depuis sa jeunesse, la musique de Bach se situe au centre de son univers musical, Pieter Dirksen se sent également toujours fortement attiré par les richesses du dix-septième siècle, notamment par la musique des virginalistes anglais, de Sweelinck, de l’école de l’Allemagne du Nord, de Froberger, par le répertoire méditerranéen et surtout aussi la tradition ‘classique‘ française. Pieter Dirksen est membre du Combattimento et de l’ensemble de musique de chambre La Suave Melodia. Comme continuiste, il travaille avec divers autres orchestres et ensembles. Pieter Dirksen est organiste titulaire de l’orgue historique André Severin (c.1648) de l’église Saint-Martin de Cuijk. Il est fréquemment invité à se produire en soliste au clavecin et sur des orgues historiques aux Pays-Bas et à l’étranger, et de donner des cours et des conférences. Il participe à un grand nombre d’enregistrements.

Samedi 11 août 2018 à 18 h 30

Matthieu Boutineau à l’orgue

Anonyme espagnol - XVIe s.
-  Cinq faux-bourdons organisés en suite

Antonio de Cabezon (1510-1566)
-  Tiento del Primer Tono

Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621)
-  Fantasia 2e

François Roberday (1624-1680)
-  Fugue 12e

Girolamo Frescobaldi (1583-1643), extraits des Fiori Musicali
-  Toccata avanti la Messa delli Apostoli
-  Canzon dopo l’Epistola
-  Recercar dopo il Credo

Jan Pieterszoon Sweelinck
-  « Est-ce Mars »

Johann Pachelbel (1653-1706)
-  Toccata

Johann Jacob Froberger (1616-1667)
-  Capriccio

Jan Pieterszoon Sweelinck / Andreas Düben
-  Allein Gott in der Höh sei Ehr

Girolamo Frescobaldi
-  Toccata per l’elevatione

Antonio de Cabezon
-  Pavana con su glosa

Anonyme / Manuscrit Suzanne van Soldt
-  Tobyas om sterven gheneghen Antonio de Cabezon
-  Diferencias sobre la Gallarda Milanesa

Anonyme / Manuscrit Suzanne van Soldt
-  Courante Daphné

Georg Böhm (1661-1733)
-  Capriccio

Ce programme pour l’orgue de La Chaise-Dieu propose un voyage musical à l’heure du Baroque en Europe et choisit de s’intéresser à quelques grands compositeurs de cette période charnière qu’est l’avènement du XVIIe siècle en Europe. Il faut se remettre un peu dans le contexte de l’époque. Le renouveau stylistique de la Renaissance a fait se multiplier les hauts lieux de musique en Europe. Un peu partout, les villes principales et les cours veulent se doter d’un orchestre de musiciens, reflet sonore de la prospérité de la ville. Ce sont donc des pôles de musique vers lesquels vont converger et se retrouver les musiciens. Pour citer quelques lieux : Mantoue, Florence, Rome, Paris, Londres, Bruxelles, Amsterdam, La Haye, Lubeck, Hambourg, Weimar, Stuttgart, Vienne…

Parmi les incontournables de la littérature d’orgue de cette époque, Jan Pieterszoon Sweelinck, qui resta toute sa vie organiste à Amsterdam. Parmi ses élèves, on compte les fondateurs de l’école d’orgue nord-allemande à savoir Düben, Hasse, Scheidt, Scheidemann. Les pièces de Sweelinck sont largement inspirées des virginalistes anglais. On lui doit beaucoup de fantaisies, des toccatas, des chorals et des variations de toutes sortes, notamment les célèbres variations sur le Ballet du Grand Duc.

En Italie, Girolamo Frescobaldi développe un style bien novateur caractérisé par virtuosité, contrepoint, harmonies étranges et rythme complexe. Les quelques pièces du programme en font l’écho (toccata per l’elevatione aux harmonies très tendues, canzone virtuoses…). Organiste de St-Pierre de Rome, les musiciens de l’Europe entière n’hésitent pas à faire le long voyage (pour l’époque) pour aller l’écouter et profiter de son enseignement.

C’est le cas de Johann Jacob Froberger, organiste et claveciniste de cour à Vienne, qui obtiendra congé deux fois pour aller à Rome profiter de l’enseignement de Frescobaldi. Froberger voyagera ainsi en France à la rencontre de Chambonnières et Louis Couperin, en Angleterre, en Allemagne. Son style est marqué par cette influence des musiques françaises et italiennes. On ne peut trouver difficilement meilleur exemple des échanges culturels à l’intérieur de l’Europe du XVIIe s.

Les autres compositeurs de ce programme ont un rapport un peu plus lointain à cette charnière de la fin de la Renaissance avec le début du Baroque. Mais leurs œuvres n’en sont pas moins importantes. Antonio de Cabezon, organiste aveugle espagnol, est un des premiers à avoir laissé une œuvre écrite pour l’orgue. Ses pièces sont tout à fait adaptées pour l’orgue de La Chaise-Dieu car elles mettront en valeur le chœur d’anches et le tempérament par tierces pures.

Changeons de siècle avec tout d’abord François Roberday, organiste français influencé par Titelouze, Froberger et Frescobaldi, qui n’a publié qu’une seule œuvre, les Fugues et Caprices à quatre parties.

Johann Pachelbel a composé de nombreuses fantaisies et préludes de chorals, l’anecdote racontant qu’il lui était interdit d’improviser à l’office. Il aura des contacts privilégiés avec la famille Bach. Tout comme Georg Böhm, organiste à Lüneburg, qui aura comme élève le jeune Jean-Sébastien Bach.

Une Europe du XVIIe faite de voyages, d’échanges culturels et musicaux. Ces quelques compositeurs en sont les exemples les plus marquants, synthèse des styles et des écoles de toutes les contrées européennes.

Dimanche 12 août 2018 à 18 h

Fabien Moulaert à l’orgue

Abraham van den Kerckhoven (ca. 1618-1701)
-  Fantasia Pro Duplici Organo

Liber Fratrum Cruciferorum Leodiensium (Liège, 1617)
- Fantasie de petro philippi (32)
- Fantasie (39)

Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621)
- Echo Fantasia (LFCL 42)
- Fantasia (d,2)
- Da pacem Domine in diebus nostris

Jehan Titelouze (1563-1633)
- Pange Lingua (3 versets)

Francisco Correa de Arauxo (ca. 1583-1654)
- Tiento de quarto tono (4)
- Tiento de medio registro de tiple de setimo tono (45)
- Tiento tercero, de sexto tono sobre la primera parte de la Batalla de Morales

Pieter Cornet (ca. 1575-1633)
- Fantasia primi toni

PS :

Prix des places : 15 € et enfants 7 €

Billetterie à l’office du tourisme et avant les concerts

Pas de réservation