Donateurs du Trésor


- Il convient, en premier lieu, de rendre hommage à MM. Gros et Vozeilhes, ces deux casadéens qui cachèrent les tapisseries dans leurs granges pendant la Révolution. Elles ont ainsi échappé à leur vente, voire même à leur destruction, puisqu’ il en allait parfois ainsi quand on voulait récupérer les fils d’or ou d’argent. Ils les ont rendues quand, sous la Restauration, l’abbatiale devint église paroissiale.

- Il faut également honorer le Père Olier, qui fut nommé curé de La Chaise-Dieu en 1844. Il légua à l’église, à sa mort, le magnifique crucifix en ivoire du 17e siècle. Celui-ci lui avait été donné par la famille de La Fressange quand il était vicaire à St-Didier-de-la-Séauve où cette famille a ses origines. Surprenante découverte faite dans les papiers du Chanoine Girard, prêtre de Saint-Sulpice, né à La Chaise-Dieu en 1860. Ce crucifix a été restauré gracieusement en 2006 par Pierre Heckmann à Paris.

- Les frères de Saint-Jean, du prieuré Sainte Marie, reçoivent des donations. C’est ainsi que le Trésor a reçu le parchemin portant le sceau de l’évêque Guillaume de la Roue ainsi qu’un livre d’heure du 15e siècle : la finesse de son vélin et les couleurs des enluminures en sont remarquables.
- En 1980, le peintre Robert Falcucci a offert un chemin de croix émouvant, placé dans la chapelle des Pénitents.

- En 2007, Laure Chantelauze-Pellet a fait don de quelques couverts en argent qu’utilisait lors de son séjour à La Chaise-Dieu le Cardinal de Rohan.

Gildas de Blignières nous a confié le relevé de la danse macabre, établi en 1840 par Achille Jubinal, en mémoire de sa femme, née Claude Chabanis-Féron.

René L’Héritier a donné une tête d’époque Renaissance, provenant de la chapelle du château de Riols (Marsac en Livradois). Elle serait ce qui reste d’une mise au tombeau, sculptée en grès d’Aspremont par l’école des ducs de Bourbon à Moulins, et représenterait Marie-Madeleine, selon M. Pradel, un ancien Conservateur du Louvre. Il a également donné une aquarelle de François Angeli, peintre Ambertois (1890 -1974), représentant les grands escaliers. Ces donations ont été faites en souvenir de son épouse Jacqueline.

- En 2010, la succession de Me Jean Banière et de son épouse, née Marie-Antoinette Pellet, a fait donation d’un portrait de Dom Robert Morel, bénédictin né à La Chaise-Dieu en 1653, devenu Bibliothécaire de l’Abbaye de Saint-Germain-des-Prés qui était l’abbaye- mère de la Congrégation de Saint-Maur, et mort en 1731, comme Infirmier de l’Abbaye de Saint-Denis. Le tableau est de Jean Restout, peintre du roi (Louis XV) et faisait partie du patrimoine de l’Abbaye à la Révolution.

La succession a également offert un portrait de Dom André Vimal, bénédictin à La Chaise-Dieu, au moment de la Révolution. Il était né à Ambert en 1742 ; après avoir quitté l’abbaye, il a prêté serment à la Constitution civile du Clergé et devint curé d’Ambert. Il s’est par la suite rétracté et est mort à Ambert en 1806.

à découvrir également :