à venir...

  • Conférence "Le P. Teilhard de Chardin et le féminin" - Vendredi 17 août 18:30 Casadei-Centre Saint-Robert

    Conférence de Marie Bayon de la Tour, petite-nièce du P. Teilhard de Chardin, déjà donnée lors d’un colloque en 2015 organisé par le Centre Sèvres et l’Académie catholique de France.

    Proposée par les Amis de l’Abbatiale.

    (replier)

    en savoir +

  • "La dignité de la femme" dans les tapisseries de La Chaise-Dieu - Du 18 août au 15 octobre Casadei-Centre Saint-Robert

    Exposition de photos de détails des tapisseries sur le thème "Dignité de la femme "prêtre, prophète et roi".

    Exposition proposée par les Amis de l’Abbatiale, ouverte tous les jours de 10 h à 12 h (sauf le dimanche) et de 14 h à 18 h. Entrée libre.

    (replier)

    en savoir +

  • "La dignité de la femme" dans les tapisseries de La Chaise-Dieu - Du 21 août au 18 octobre Casadei-Centre Saint-Robert

    Exposition de photos de détails des tapisseries sur le thème "Dignité de la femme "prêtre, prophète et roi".

    Exposition proposée par les Amis de l’Abbatiale, ouverte tous les jours de 10 h à 12 h (sauf le dimanche) et de 14 h à 18 h. Entrée libre.

    (replier)

    en savoir +

Accueil du site > Histoire & Patrimoine > Histoire > De 1306 à 1518 : Le déclin doré

De 1306 à 1518 : Le déclin doré

par Les Amis de l’Abbatiale

En 1348, la peste noire envahit la France. Elle sévit jusqu’en 1419 et décime la moitié de la population. La guerre de Cent Ans entre les fidèles des rois de France et ceux du roi d’Angleterre commence en 1336. En 1429, Charles VII est sacré à Reims sous la conduite de Jeanne d’Arc, qui est brûlée à Rouen en 1431.

De 1305 à 1378, jugeant Rome peu sûre du fait des conflits entre différentes factions, la papauté s’installe en Avignon. Deux papes d’Avignon compteront dans l’histoire de La Chaise-Dieu : Clément VI (1342-1352) qui s’y fait enterrer, et Grégoire XI, son neveu (1370-1378), qui fait construire la tour Clémentine [1].

Le Pape Jules II (1503-1513) entreprend la construction du palais du Vatican et de la basilique Saint-Pierre.

L’Empire ottoman poursuit son avancée en Europe (prise de Constantinople en 1453).

à découvrir :

Paradoxalement, cette période désolée fut brillante pour La Chaise-Dieu. Grands seigneurs, les abbés, choisis parmi de riches et puissantes familles, ne réformaient plus mais présidaient à de grands travaux.

Jean Chandorat (1318–1342)

Réputé pour son savoir et son énergie, il s’efforça de mettre en application les principes disciplinaires que demandait le Pape à un Ordre bénédictin qui se sclérosait. Il devint ensuite évêque du Puy.

De 1342 à 1377

Pendant cette période, les abbés ne furent pas élus en chapitre général, mais nommés par le Pape , à commencer par Clément VI : ils étaient appelés « réservataires ». Ce fut le cas de Renaud de Montclar qui fut chargé de suivre le début des travaux de construction de la nouvelle abbatiale.

Si pendant cette époque troublée, les moines se trouvèrent à l’abri derrière leurs murailles, de nombreux prieurés souffrirent.

Hugues de Chauvigny de Blot (1420-1465)

La danse macabre fut peinte sous son abbatiat.

Un abbé annonçant la Renaissance, Jacques de Saint-Nectaire (1491-1518, date de sa mort)

Jacques de Saint-Nectaire

Jacques de Saint-Nectaire est né en 1461 d’une famille auvergnate riche et puissante. Les liens que cette famille entretenait avec l’abbaye étaient nombreux. Il entra à l’abbaye à l’âge de 12 ans. Devenu profès et prêtre, il fut d’abord nommé prieur de Saint-Pantaléon (Limousin), puis en 1483 de Saint-Gemme (Saintonge). Il fut élu abbé en 1491 et mourut en 1518. Il se distingua par le goût des arts et la munificence. Il fit achever le réfectoire et le cloître, reconstruire les bâtiments conventuels, refaire la toiture de l’abbatiale. Il commanda les « draps imagés ». Il réalisa également des travaux importants (chapelle et maison de l’abbé) au prieuré de Chanteuges où il aimait résider. Prieuré de Chanteuges


Notes

[1] Voir Favier Jean, Les papes d’Avignon (1306-1376), Fayard, 2006 et l’émission de Canal académie : Plutôt que de parler des "papes d’Avignon", il serait plus juste d’évoquer "les papes à Avignon", les premiers correspondant plutôt à l’époque du Grand Schisme d’Occident. Jean Favier, membre de l’Académie des Inscriptions et des Belles lettres revient sur cette époque du séjour des papes à Avignon.